Mon billet précédent évoquait l'existence d'un brevet destiné à faire fonctionner les applications GDI sur une future interface naturelle. J'ai retrouvé dans un powerpoint présenté au WinHEC 2008 une diapositive sur le futur de la GDI.

Futur de GDI

La diapositive est très explicite. Microsoft veut reconstruire la GDI sur la base des nouvelles technologies introduites avec Vista et Windows 7. Et parmi elles, Direct2D et DirectWrite. Ce sont les deux frameworks natifs apparus avec Windows 7 pour concevoir les interfaces d'applications Windows. Direct2D et DirectWrite s'appuient directement sur DirectX et la nouvelle pile graphique de Vista/7. Ceci pourrait avoir deux conséquences majeures.

La première est que Microsoft pourrait supprimer le composant noyau présent dans la GDI. La seconde est que toutes les applications GDI se retrouveraient automatiquement accélérées graphiquement. Ce qui est du plus haut intérêt quand on sait que quasiment 99% des applications Windows utilisent la GDI.

Le brevet du billet précédent n'est pas vraiment contradictoire avec cette information. En effet il traite d'une méthode destinée à rediriger les appels GDI dynamiquement vers une nouvelle interface fonctionnant avec des paradigmes radicalement différents. Le brevet traite bien d'une redirection et non d'un remplacement de la GDI. Mon hypothèse est que cette interface pourrait être optionnelle. Ce qui permettrait de faire fonctionner les applications GDI avec l'ancienne interface de façon native et avec la nouvelle par ce système de redirection dynamique.

Bien entendu dans les deux cas cités, je traite de technologies dont il est impossible de savoir quand elles seront mises en oeuvre.

Wait and see...

Source